top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurGérald

SORTIE - SORTIE - SORTIE

Bonjour les ami(e)s,

En presque trois années d'existence, 7e Ciel a reçu plus de 1000 manuscrits.

Le peu d'expérience accumulée au fil des mois me permet aujourd'hui de confirmer que le travail de sélection au sein d'une maison d'édition représente une tâche gigantesque. Pour ce faire, un comité de lecture très efficace s'est peu à peu formé, alimentant un planning d'édition qui s'étoffe chaque semaine. Je peux ainsi vous annoncer que l'année 2023 est déjà bouclée et que nous allons le 30 juin prochain à nouveau devoir suspendre les réceptions d'ouvrages (que nous n'acceptons par ailleurs que par voie électronique, pdf, docx ou odt pour des raisons évidentes de respect de notre patrimoine naturel ainsi que par manque de place, tout simplement).

C'est cette fois pourtant sur conseil d'un lecteur qu'une perle fut dénichée. Nonobstant le fait que le manuscrit ait traversé toutes les étapes de sélection, bien entendu.

Ainsi va la vie, qui nous alimente souvent par surprise de ses merveilles, car c'en est bien une que nous vous présentons ce jour...


Une double naissance

Abordant la Vie et sa sinuosité, la collection Métamorphoses vient donc de naître.

Simultanément, nous avons le plaisir de vous présenter Baya Streiff, devenue membre heptacéleste depuis peu. Son très bel ouvrage, Les hasards exagérés, est une découverte dont les sujets s'accordent particulièrement bien à ceux développés au sein de nos collections. Par la présence de réflexions sur la condition féminine au sein de la communauté musulmane du Maghreb ; par la puissance introspective du caractère principal, dont la force de caractère permettra de surmonter bien des épreuves ; par la réalité dure des propos et situations, nous ne pouvions écarter ce récit. Les métamorphoses existent, elles sont même souvent nécessaires à qui veut se détacher d'un passé compliqué ou d'un événement perturbant.


Un retour de beta lecture :

Dans ce roman, Baya Streiff raconte les errances de l'héroïne, Mona, qui ose prendre des risques pour assumer pleinement sa destinée. Un magnifique roman, captivant, à l'écriture sensuelle, qui nous offre une belle réflexion sur l'identité et la fraternité.

Ce livre est tout à la fois, un cri de rage et une déclaration d'amour, porté par une plume nourrie par l'écartèlement entre deux cultures qui s'entrechoquent et s'enrichissent.

Fort, bouleversant, un régal !


4e de couverture :

Mona cherche à s'affranchir des exigences d'une éducation gouvernée par la loi du silence liée à sa condition de femme. Cette quête semée d'embûches pourrait l’entraîner vers la réussite, mais aussi vers la déception. Quelle place pour un destin contraire ? Comment appréhender les désillusions de l’âge adulte ? Le hasard, s'il existe, est tantôt ami, tantôt ennemi ; il demeure imprévisible. Instrument du dieu horloger, toujours il nous échappe.


À travers une course éperdue vers la vérité s’esquisse le portrait d'une famille d'exilés écartelée entre ses secrets et ses remords. Les choix portés au cours de l’existence restent insondables et précurseurs d’empreintes indélébiles ; c’est bien le fil conducteur de ce roman.


Présentation de l'auteure :

Baya Streiff travaille à la Protection Judiciaire de la Jeunesse de Paris où elle est chargée des questions relatives à la laïcité, à la citoyenneté et sur l’accompagnement des professionnels en charge des mineurs de retour de zone ou poursuivis pour association de malfaiteurs terroristes.


Les hasards exagérés, son premier roman, nous conduit au plus près de nos émotions et étonne par l’amplitude de ses sources d’inspiration.


Plus d'informations ici :


Ou ici :


Ou encore ici :

189 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page